AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIG BANG S'EST REFAIT UNE BEAUTÉ Very Happy ! N'OUBLIEZ PAS D'ALLER VOUS RECENSER Wink

Partagez | 
 

 Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Disturbia H. Parstone


citation : Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.Fight Club

MessageSujet: Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)   Jeu 12 Jan - 14:19

Disturbia Hæresis Parstone

"je suis l'insecte aimé du poète et des dieux."
Disturbia est le nom que je me suis donné. Né le premier janvier à Paris, je suis par conséquent âgé de vingt deux ans. Et si c’est en France que j’ai vu le jour, c’est bien du sang Coréen qui court dans mes veines. Pour tout avouer, je suis sans orientation sexuelle actuellement et célibataire et je vis seul. Depuis trois ans, je suis photographe/livreur de journaux. Franchement, c’est pas mal, je m’en sors plutôt bien. Sinon, on me dit souvent que je ressemble à Jung Yong Hwa. Enfin, on dit de moi que je sens le honeysuckle.
"Notre temps n'est rien plus qu'un ombrage qui passe."
j'aime ▬ Il aime le temps qui coule et qui laisse sa marque sur le monde. Il aime voir le temps s’arrêter et il aime immortaliser le monde dans sa course contre le temps. Il aime voir l’escargot s’enfuir alors qu’il s’apprête à l’écraser. Il aime le noir, l’obscurité, la mort. Il aime l’odeur du sang, le rouge à lèvre des femmes, appuyer sur sa viande pour voir le sang couler dans son assiette. Il aime acheter une fleur et la regarder se faner sur la table de son salon. Il aime montrer à la personne ce qu'elle veut voir de lui et il aime la planter au meilleur moment. Il aime regarder cramer les choses qu’il fait cuir. Il aime son Polaroïd, les images fixes. Il aime son intelligence, sa mémoire, tout ce qu’il fait. Il aime la noirceur de ses pensées. Il aime épier ses voisins, il aime leurs secrets et il aime les écrire dans son calepin. Il aime ne rien faire. Il aime son prénom. Il aime dessiner, caricaturer et colorier des feuilles blanches entièrement en noir. Il aime jouer du piano et de la guitare, et il aime détruire ces objets quand il est en colère, il aime pleurer après l’avoir fait. Il aime fumer quand il n’en a pas envie, il aime tousser et ressentir cette douleur dans ses poumons. Il aime penser mourir à petit feu, il aime cette idée qu’il va disparaître un jour. Il aime la chair et le sang humain, il aime saliver à leurs vus et il aime faire croire à son corps qu’il pourra y goutter et il aime lui refuser ce désir dans les derniers instants. Il aime ses cicatrices, il aime r’ouvrir une blessure alors qu’elle vient juste de cicatriser. Il aime éviter les gens dans la rue, zigzaguer entre eux, il aime ne pas leur répondre quand ils lui parlent, il aime leur tirer la langue ou leur faire un doigt d’honneur. Il aime ne pas aimer quelque chose. Il aime la contradiction. Il aimera sa mort, il aimera que son corps soit bouffé par des insectes, il aimera que personne ne vienne à son enterrement. Il aimerait, peut-être, que quelqu’un lui tende la main, mais il aimerait ne pas avoir la certitude qu’il repousserait cette main.
j'aime pas ▬ Il n'aime pas toucher la chair, les autres êtres humains, les plantes et les animaux, entre autre, il n’aime pas toucher tout ce qui vit. Il n’aime pas quand il se rend compte qu’il n’a pas vu le temps passer. Il n’aime pas ne pas arriver à tuer une mouche. Il n’aime pas quand le chat noir de sa voisine ne vient pas lui rendre visite. Il n’aime pas quand les gens cris, il n’aime pas quand les gens parlent trop bas. Il n’aime pas quand il fait trop chaud. Il n’aime pas les films, les documentaires ou tout ce qui touche à l’image en mouvement. Il n’aime pas quand on lui dit que ses dessins sont beaux. Il n’aime pas qu’on touche à ses affaires. Il n’aime pas quand on lui dit qu’il est mignon, qu’il a une belle voix, il n’aime tout simplement pas qu’on le complimente. Il n’aime pas quand on le force à travailler, quand on le presse, quand on lui demande de parler moins vite ou quand on lui demande de donner son avis. Il n’aime pas quand les gens regardent par dessus son épaule ses compositions, ses notes dans son calepin, ses dessins ou quand il envoie un texto. Il n’aime pas quand la personne à qui il veut faire une farce au téléphone ne répond pas. Il n’aime pas avoir des chaussettes de la même couleur. Il n’aime pas quand quelqu’un a pitié de quelqu’un d’autre. Il n’aime pas toujours perdre à la course des gouttes sur la vitre en voiture. Il n’aime pas le conducteur du bus qui lui dit bonjour quand il rentre. Il n’aime pas les gens qui s’excusent quand ils le bousculent. Il n’aime pas avoir un cœur. Il n’aime pas quand on lui demande avec un sourire de dire des mots en coréen ou en français. Il n’aime pas son vrai prénom. Il n’aimerait pas, que peut-être un jour, quelqu’un lui tende la main, et il n’aimerait pas avoir cette hésitation quand à l’accepter.
que penses-tu des taupes ? ▬ Il aime les taupes, d’un amour qui n’a rien de pur et innocent. C’est comme une obsession, sa raison de vivre, de se détruire et de plonger dans la noirceur. Elles sont la part de démence qu’il lui manquait, et il ne demande qu’une chose, faire part avec eux, comme une fusion céleste, il n’a pas envie de changer de vie grâce à eux, il veut simplement être accepté, avoir cette impression d’appartenir à quelque chose, une communauté, un monde qui lui ressemble. Il a trouvé une logique des choses, une façon de penser qu’il cherchait depuis longtemps. Dans son pays, on appelle un stalker une personne complètement obsédée par une autre, cette personne est prête à tout pour suivre l’autre partout, lui parler, se faire remarquer, et quand je dis TOUT, c’est vraiment tout, elle devient un vrai pot de colle, elle peut faire ses poubelles comme pirater son compte facebook et autre. Dis’ est comme un stalker, dès qu’il voit une taupe, il la prend en chasse. Il en devient malade, comme une drogue. Personne n’a jamais prétendu qu’il était sain d’esprit, de toute façon, et il est loin de se cacher.
"je déteste les victimes quand elles respectent leurs bourreaux."
Il n’a jamais eu de rapport sexuel avec quiconque et n’a jamais embrassé personne, et il s’en fiche royalement. Son vrai prénom est Ki Seop. Il est insomniaque. Il a failli tuer une personne de sang froid le jour de Noël. Il a peur du vide. Parfois, il s’amuse à planter des clous dans son mur en commun avec ses voisins rien que pour les embêter, il a donc plein de clous inutiles plantés dans les murs de son appartement. Il n’a pas la télévision. Une fois, il a fait un rêve qu’il couchait avec quelqu’un, il est d’ailleurs incapable de savoir si c’est une femme ou un homme, et ça l’a totalement horrifié. Si quelqu’un le touche sans son accord, sachant qu’il ne le donnera jamais, il se met à hurler et à pleurer. Il fait exprès de changer d’humeur à longueur de journée, de faire ce que les gens lui disent de ne pas faire, même si il n’en a pas envie. C’est un vrai gamin. Il glisse tous les lundi midi une lettre d’amour anonyme à sa voisine du dessus, il ne l’aime pas du tout mais aime aller la voir se faire poser un lapin quand il donne rendez vous à un endroit et qu’il ne vient pas, évidemment. Quelqu’un lui a dit un jour qu’il n’avait pas d’humour, le lendemain, il a séquestré cette personne et l’a déguisé en clown avant de l’emmener à un cirque qui passait dans la ville et de le faire porter volontaire pour faire parti de la troupe. Quand il est confus, il s’emmêle les pinceaux dans son langage et raconte n’importe quoi en glissant des mots coréens et français dans ses phrases. Il se vante beaucoup de qu'il est capable de faire mais peut il lui arrire de faire preuve d’une grande trouillardise pour certaine chose. Il a une cicatrice qui lui traverse tout le torse dû à son opération des poumons quand il était enfant. Il a déjà fait une exposition photo dans une galerie mais la police fut obligé de débarquer après les plaintes de certaines personnes quant à la portée de ses photos relativement dérangeantes pour la moral et les âmes sensibles (je vous passe les détails), depuis il ne montre plus ses photos aux gens. La première fois qu’il a croisé une taupe, il a été gagné d’un fou rire incontrôlable et quand il reprit conscience de la situation, elle avait disparue. L’une des personnes de son appartement porte des chaussures qui font spouic spouic quand il marche et cette personne gagne son appartement en montant les escaliers, Dis’ entend le bruit des chaussures dès que cette personne entre dans le bâtiment et il retient sa respiration jusqu’à ce que celle ci ait monté les six étages et soit entrée dans son appartement, il n’a jamais vu la tête de cette personne, il l’imagine obèse avec des cheveux rouges et une énorme pair de lunette, il ne veut pas voir cette personne car il sait qu’il sera déçu.
bannière par ©Disturb' et icônes par (c) lj.


Dernière édition par Disturbia H. Parstone le Jeu 12 Jan - 21:57, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Disturbia H. Parstone


citation : Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.Fight Club

MessageSujet: Re: Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)   Jeu 12 Jan - 14:19

les revenants ne vont pas en revenir.

"déchargez mon cœur de l'ennui que vous lui donnez"


      mon fils ma bataille

    « Si il y avait une chose que j'aurais à regretter dans ma vie, c’est bien de ne pas avoir pu sauver ma femme. Je n’ai pas honte de l’avouer, mais j’ai haï cet enfant tout au long de ma triste vie, à la seconde même où il naquit au monde. Je me souviens encore du visage impassible du médecin, celui légèrement plus attristé de l’infirmière au fur et à mesure que l’accouchement se faisait. J’entendais tous les dires de ces hommes et femmes qui passent leur temps à sauver des vies mais qui allaient peut-être en perdre deux en ce jour. Un premier janvier. Mais quel connerie me faisait-il déjà alors qu’il était encore dans le ventre de sa mère ? Naître un premier janvier… Peut-être que si il avait attendu un peu plus longtemps, elle n’en serait pas où elle est maintenant. Je me souviens du dernier cri de ma femme alors qu’un bébé déjà mort reposait dans les bras du médecin. Je me souviens voir les larmes de douleur couler le long de ses joues, je me souviens de ce regard vide qu’elle me lançait, comme si elle me suppliait de maudire cet enfant pour sa mort, cet enfant soit disant mort lui aussi, mais que la médecine moderne ranima. Si il était mort avec elle, j’aurais peut-être pu lui pardonner, mais il était finalement bien là, il allait falloir lui donner un nom, l’éduquer, le voir grandir…
    Je me suis convaincu tout de suite que cet aura noir qu’il dégageait toujours venait de lui même, mais le jour de ma mort, j’ai eu cette pensée, cette infirme idée qui disait que c’était moi qui l’avait plongé dans cette noirceur, à force de le repousser, de le haïr, de le traiter comme un meurtrier, comme un fautif. Je lui ai forgé ce caractère surréaliste, au dessus de tout, obscur. Je me suis parfois demandé qu’est-ce qu’il serait devenu si il n’avait jamais eu ce grain de folie, il aurait été brillant, j’en suis sûr, il était très intelligent, très adroit, il était certes quelque peu fragile, notamment à cause de plusieurs opérations onéreuses destinés à le maintenir en vie mais il aurait pu accomplir de grandes choses. Mais même si il n’avait pas été comme ça, je n’aurais jamais pu être fière de lui.
    Heureusement, il ne sembla jamais s’attacher à moi, durant toute sa jeunesse, la méchanceté dont je faisais preuve à son égard semblait l’avoir éloigné, peut-être même pourrais-je m’aventurer à dire qu’il n’avait pas du tout perçu la notion d’amour qui aurait dû d’écouler de notre relation. Il traitait cela comme si c’était tout à fait naturel que je ne lui adresse pas la parole, que je lui jette la pierre, que je ne sois jamais content de ce qu’il faisait. Il y eu une période certes où il commença à me faire peur, et c’était surtout quand il était enfant, il était tellement placé au dessus de tout, en avance par rapport aux autres enfants de son âge, que j’avais peur qu’il n’ait gardé tous ces sentiments de rancœur pour me les faire payer. Mais il n’en fit jamais rien. Si on me demandait de raconter sa vie, j’en serais totalement incapable, car je ne connais rien de lui et je n’ai jamais rien voulu connaître. »

      __________


    « - Je suis vraiment désolée pour votre père.
    - Je suppose que… Je dois me mettre à pleurer, c’est ça ? regarde à droite, à gauche. Se penche vers l’infirmière. C’est ça que je dois faire, hein ? C’est comme ça que tous les gens font quand on leur apprend la mort de quelqu’un, hein ?
    - Et bien… Je… Euh… Vous êtes libre d’agir comme bon vous semble… »

    Le garçon se redressa alors, un grand sourire aux lèvres.

    « - Aaaah, bon, vous m’en voyez ravi alors ! Félicitations Eun Jin ! Tu es enfin mort, vraiment, félicitations ! Prenons une photo souvenir ensemble, hein ! »

    Il sortit alors de son sac son Polaroïd et se plaça près du corps inerte de son père, encore allongé sur le lit d’hôpital. Il prit la pause la plus enjoué qu’il était capable de fournir, et croyez moi, on lisait la joie sur son visage. Il appuya sur le bouton, un léger flash illumina la pièce et dans les secondes qui suivaient, la photo imprimée sortait de l’appareil. Il l’a pris délicatement entre ses doigts et la secoua comme une femme secourait ses ongles pour faire sécher le vernis. Il souffla à deux reprises dessus et la scruta un moment, l’air plongée en de grandes réflexions. Il se retourna vers l’infirmière, s’inclina poliment, reste de son éducation à la coréenne.

    « - Bien, prenez soin de lui. Salut la compagnie ! »

    Il partit comme si de rien n’était. Il ressentait une certaine fierté à l’idée que son père soit mort, le prochain de la liste, c’était lui. Cependant, même si la mort occupe une grande place dans l’esprit du jeune homme, à partir du moment qu’elle a emmené quelque chose avec elle, cette chose sort alors totalement de son esprit dans les heures qui suivaient. Et ce jour fût le dernier où il pensa à son père. Étrangement, et inconsciemment également, ce fût le jour où il se construisit une nouvelle vie. Il quitta sa maison et partit vivre là où le vent le portais, et donc Skillington. A part cette envie de vivre dans cette ville, il n’y avait rien qui rythmait la vie du garçon. Ses enseignants pleuraient depuis longtemps son choix de ne pas poursuivre ses études après avoir passé son BAC à l’âge de 16 ans, le magasin chez qui il allait faire développer ses photos allait sûrement faire faillite, ses voisins n’allaient plus ressentir cette impression d’être constamment épiés, mais pour lui, dans le fond rien ne changeait. Il ne s’était rien refusé, il n’avait jamais repoussé ses envies, ses obsessions dans un coin, il avait toujours tout fait ressortir, sans jamais se soucier de ce que les autres pensaient de lui, ce n’était pas à lui de vivre avec eux, c’était à eux de vivre avec lui si il les tolérait. Il ne s’est jamais cru comme le roi du monde, seulement appartenant à une autre place, un autre lieu, parallèle, lointain. Il a toujours eu besoin que de lui même pour vivre, il fait ce qu’il aime quand il le souhaite et il vit sa vie peut-être pourrions nous dire comme un poète du temps passé, un bohème en quête d’infinie, d’absolue, de muse, et ses muses, il les a enfin trouvées. Il lui arrive parfois de faire peur aux autres, il est certainement incompris et imprévisible, un peu comme un puzzle dont il manque une pièce, ou bien qu'on a mélangé avec un autre et dont aucune pièce ne coïncide avec les autres. Oui, c'est ça, un puzzle...
bannière par ©Disturb'


Dernière édition par Disturbia H. Parstone le Jeu 12 Jan - 22:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Vitriol Sous-terre

Admin
citation :
Alors je rameute mes vieux potes et on passe de chouettes soirées à écouter la machine à laver nous seriner Sweet and Low et Lessiveuses's Boogie ; et la sinistre écrémeuse, vivant fossile, aussi aigrie que du beurre de yak rance, cavale après l'aspi; feulant tel en léopard. La banlieue renferme assez d'horreurs pour rassasier un millier de castrats.


MessageSujet: Re: Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)   Jeu 12 Jan - 14:27



bienvenu sur Big bang, ta nouvelle maison d'horreur savoureuse et de cauchemars délicieux . Qui donc orne si mystérieusement ton avatar, a-t-on le droit de savoir ? En tout cas bonne chance pour ta fiche et n'hésites pas à t'adresses au staff en cas de besoin I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://oogie-boogie-road.forumgratuit.org

avatar
Disturbia H. Parstone


citation : Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.Fight Club

MessageSujet: Re: Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)   Jeu 12 Jan - 14:39

    Merci *0* J'suis en train de faire ma sign', dur dur de faire un gif bien avec un mec qui a une gueule d'ange à la base >< (Mais j'aime les gens aux apparences mignounets qui sont des vraies saletés ! What a Face )
    Haha justement, ça va peut-être surprendre mais c'est un asiatique..... Je garde le suspens inutile encore un peu ? XD
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Elizée Brezons


citation :
Les serments d'amour ne comportent pas de sanction.



MessageSujet: Re: Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)   Jeu 12 Jan - 15:27

Bienvenue sur le forum Disturbia. Vitri a tout dit, bon courage pour ta signature, et bien sûr la rédaction de ta fiche de présentation Wink



EC.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Disturbia H. Parstone


citation : Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.Fight Club

MessageSujet: Re: Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)   Jeu 12 Jan - 16:33

    Merci ! J'avance doucement mais sûrement XD D'ailleurs, je m'excuse à l'avance que mon personne soit aussi noir >< Bien plus que ce que j'avais prévu à la base XD
    Aussi ! Aussi ! *.* Faut que je vous dise ! Votre design'... POUHA, ce qu'il est beau !! ♥
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Sade A. Kitaëv


citation :
« Un grand port tranquille d'eau iridescente. Des torchères à gaz abandonnées brûlent sous l'horizon noyé de fumée. Puanteur de mazout et de bouches d'égout. Des requins empoisonnés sillonnent l'eau noire, crachant le soufre de leurs foies putréfiés, négligeant un Icare disloqué et sanglant. »


MessageSujet: Re: Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)   Jeu 12 Jan - 23:47

Tout m'a l'air en règle, une fiche agréable à lire et un perso prometteur! Bienvenue chez les honneysuckles, amuse-toi bien

Et merci pour les compliments
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Disturbia H. Parstone


citation : Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.Fight Club

MessageSujet: Re: Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)   Ven 13 Jan - 10:16

    Merci beaucoup ! *0* J'ai hâte de rp ici !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce qu'il aime jouer les anges et vous bouffer par derrière (a)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kyle &&. Liam ▬ on se soul la gueule parce qu'on aime ça boire ok ?!
» Je te connais. Mais toi, voudras tu me connaitres ? [Pépite d'Or & Shiki & Odyssée]
» Parce qu'on aime notre forum et qu'on est fière d'en être des membres ! :D
» Parce que j'aime parler en fait x) (et que je vous n'adore mais chut c'est un secret)
» ⊰ JE PRENDS MA DOUCHE HABILLÉE PARCE QUE J'AIME BIEN RESTER MOUILLÉE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Big Bang :: RACINES DE PISSENLITS :: Savoir faire bouh :: fiches validées-