AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIG BANG S'EST REFAIT UNE BEAUTÉ Very Happy ! N'OUBLIEZ PAS D'ALLER VOUS RECENSER Wink

Partagez | 
 

 assassin's creed.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Vesh O'Babo


citation :
Je me prépare à la nuit, ce soir je vais faire taxi, danseur de tango, le roi du paso et du cha-cha-cha, ballotter les corones, deux petites lignes de coke, spécial speed ball jusqu'à quatre plombes du mat', ce soir j'me mets dans le beat, le tempo mine de rien. Ho je suis bon, putain ce que je suis bon...


MessageSujet: assassin's creed.   Mar 10 Jan - 19:53

veshengo babohen

"Je créais, par delà la campagne traversée par des bandes de musique rare, les fantômes du futur luxe nocturne."
Veshengo est le nom qui m'a été donné. Né le 27 août à Skellington, je suis par conséquent âgé de 22 ans. Pour tout avouer, je prends tout ce qui bouge, n'importe où et je vis au sein de mon clan. Depuis 5 ans, je suis vendeur d'armes. Franchement, c’est pas mal, je m’en sors plutôt bien. Enfin, on dit de moi que je sens le dry ground, et ça pique le nez.
"citation de votre choix"
j'aime ▬ Ici, 4 lignes minimum sur ce qu'aime votre personnage. Soyez créatif et original, plus ce sera loufoque mieux ce sera ! Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse. Cui sententiae illud Mercurii adstipulatur: Magnum, o Asclepi, miraculum est homo 2. Horum dictorum rationem cogitanti mihi non satis illa faciebant, quae multa de humanae naturae praestantia afferuntur a multis: esse hominem creaturarum internuntium, superis familiarem, regem inferiorum; sensuum perspicacia, rationis indagine, intelligentiae lumine, naturae interpretem; stabilis aevi
j'aime pas ▬ Ici, 4 lignes minimum sur ce que n'aime pas votre personnage. Soyez créatif et original, plus ce sera loufoque mieux ce sera !Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse. Cui sententiae illud Mercurii adstipulatur: Magnum, o Asclepi, miraculum est homo 2. Horum dictorum rationem cogitanti mihi non satis illa faciebant, quae multa de humanae naturae praestantia afferuntur a multis: esse hominem creaturarum internuntium, superis familiarem, regem inferiorum; sensuum perspicacia, rationis indagine, intelligentiae lumine, naturae interpretem; stabilis aev
que penses-tu des humains ? ▬ Ici, 4 lignes minimum sur ce que pense votre personnage des humains. Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse. Cui sententiae illud Mercurii adstipulatur: Magnum, o Asclepi, miraculum est homo 2. Horum dictorum rationem cogitanti mihi non satis illa faciebant, quae multa de humanae naturae praestantia afferuntur a multis: esse hominem creaturarum internuntium, superis familiarem, regem inferiorum; sensuum perspicacia, rationis indagine, intelligentiae lumine, naturae interpretem; stabilis aevi
"citation de votre choix"
Ici, lâchez vous, parlez nous de vous, du chat de la voisine rose fluo rayé vert pomme, de la grand mère de l'étage au dessus qui se prend pour Blanche Neige, ou encore de l'étrange fumée bleuâtre qui se dégage de l'appartement de la congierge. N'ayez pas peur, on veut tout savoir, absolument tout... Legi, Patres colendissimi, in Arabum monumentis, interrogatum Abdalam 1 Sarracenum, quid in hac quasi mundana scaena admirandum maxime spectaretur, nihil spectari homine admirabilius respondisse. Cui sententiae illud Mercurii adstipulatur: Magnum, o Asclepi, miraculum est homo 2. Horum dictorum rationem cogitanti mihi non satis illa faciebant, quae multa de humanae naturae praestantia afferuntur a multis: esse hominem creaturarum internuntium, superis familiarem, regem inferiorum; sensuum perspicacia, rationis indagine, intelligentiae lumine, naturae interpretem; stabilis aevi
bannière et icônes par (c) stereoHEARTS. & tumblr


Dernière édition par Vesh O'Babo le Mar 10 Jan - 22:07, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Vesh O'Babo


citation :
Je me prépare à la nuit, ce soir je vais faire taxi, danseur de tango, le roi du paso et du cha-cha-cha, ballotter les corones, deux petites lignes de coke, spécial speed ball jusqu'à quatre plombes du mat', ce soir j'me mets dans le beat, le tempo mine de rien. Ho je suis bon, putain ce que je suis bon...


MessageSujet: Re: assassin's creed.   Mar 10 Jan - 20:03


Je ne donne de seconde chance à personne. Nous nous sommes trouvés au même instant pour le combat et pour le sang, pour l'écrasement et les giclures, nous étions faits pour la guerre. Nous étions de ceux qui se déchirent sans raison logique, au milieu des champs de coton. Nous étions des monstres, et nous n'aurions changé de peau pour rien au monde.
- Tu n'as donc jamais mauvaise conscience. Aucun état d'âme.
- Peut-être le regret infini de ne pas avoir fait assez de mal.
- Un jour, tout ça finira par te retomber dessus, en pleine gueule.
- Si tu savais comme je l'attends, ce jour, j'en rêve chaque nuit.
Je ne contrôle rien, je ne maitrise pas. La lueur jaune de la lune sur mon visage, giclant dans mes yeux, éjaculant dans ma bouche me rends dingue, malade, affolé, réveille en moi ce qui y sommeille depuis ma naissance, qui coule dans mes ancêtres avant moi, dans ma race avant eux, la pulsion du mal. Tout détruire, tout faire exploser, jusqu'à ce que le monde cède, admette que j'ai gagné. Je mords, je déchire, je tire, j'enfonce, je triture, j'allume et je fais sauter, je détruis tout le superflu et marche sur les ruines de mon rêve, je règne sur un monde mis à nu, je crache sur sa répugnante peau fragile. La vie est là, tremblante et suppliante, mais pas assez pudique, hélas, sous ses jupes percent ses atouts, sa cuisse brillante s'offre à moi sans s'en rendre compte, son sein pointe vers mes lèvres sans qu'elle puisse se rétracter. Par derrière, masquant son visage trop beau pour moi à ma vue obscurcie, je soulève ses draps et attrape ses hanches, je m'enfonce dans le trou béant qu'elle tend vers moi, pays des merveilles chaud et trempé, je la pénètre pour l'entendre crier, je sais qu'elle finira par gémir. Par derrière, la vie, je veux te faire voir ce pour quoi tu m'as créé, je veux te faire pleinement sentir ce que tu m'as donné. Je te baise. Parce que j'ai rien à te dire. Et tu pourras t'imaginer que c'est de l'amour, ce voile pudique à gerber qui cache la vérité: je te baise, et t'aime ça. Tu pourras me dire je t'aime autant de fois que tu voudras, avant de plonger en dessous de moi. Je te laisserai croire ce que tu voudras, du moment que c'est moi qui gagne. Et il est essentiel que je gagne.
Je crois que je suis fou. Névrosé. C'est la nuit, cette pute de nuit.

- Tu es en retard.
- Ta gueule.
- Je vois. T'es venu uniquement pour me baiser, c'est ça?
- Si tu poses la question, c'est que tu crois encore que je pourrais être là pour autre chose, hein.
- Un jour, un putain de jour, tu souffriras. Et je serai là pour voir ça.
- Ah, d'accord. Mais tu sais, ma toute belle, si tu voulais vraiment me voir souffrir, au plus profond de toi-même, tu serais déjà en train de me faire mal, peut-être même que tu m'aurais attendu cachée derrière la porte, un de mes couteaux à la main, si seulement tu le voulais vraiment. Allez, on va jouer à réaliser tes rêves, ma belle, je suis tout à toi, fais-moi mal.
Mais jamais le mal ne vient. L'art du mal n'est pas donné à tout le monde, et si tu crois que tu sais faire mal, c'est que tu n'as jamais souffert. Regarde mes ongles grandir, ma queue s'allonger d'un mètre, mes dents pousser comme des radis d'ivoire, regarde mes cheveux voler sur mon crâne, regarde mes pupilles jaunes étincelantes, regarde et ressens, jusqu'au trognon de ton corps, la souffrance gronder autour de nous comme un tonnerre électrisant. Trop de mal. Je tue tout ce que je touche, parce que tout est trop faible pour moi. Vampire ce soir, je déchiquète ton cou du tranchant de mes dents, me régale de ta chair chaude et pénètre tes sens en extase jusqu'au dernier souffle. Lycan demain soir, je tire mes balles dans le noir de la nuit en sodomisant l'avenir qui respire, je suis né pour ça. Donne moi l'accès au monde d'en haut, et je fais imploser le monde à l'intérieur de mon ventre. Donne moi l'échelle qui permet de monter, et les guerres nucléaires, les bombes H et les prisonniers, je les avalerai tous entiers dans ma bouche, je les mâcherai en prenant soin de séparer la peau des os, et je recracherai à la face de l'humanité la giclure meurtrière de sa propre condamnation. Je suis le mal du monde réuni dans une enveloppe ridicule de chair appétissante. Ce que je mange, c'est votre peur. Ce qui tisse mon être, ce sont vos cris. Je suis le méchant de l'histoire. Celui qui sourit quand tu pleures.
Qui réussira à m'avaler se rendra compte
Qu'il se mange lui-même.



bannière par (c) tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
 

assassin's creed.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Assassin's creed, ou fiche technique d'un modeste pirate.
» Assassin's Creed
» Les conspirations d'Ordec
» Elrohir Ar-Feniel. [Rôdeur]
» Boutique Staff D'Elise Rover

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Big Bang :: RACINES DE PISSENLITS :: Savoir faire bouh :: fiches validées-