AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIG BANG S'EST REFAIT UNE BEAUTÉ Very Happy ! N'OUBLIEZ PAS D'ALLER VOUS RECENSER Wink

Partagez | 
 

 fiche de pub

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Lock Shock and Barrel

Oogie Boogie nous surveille, faut pas qu'il rouspète.


MessageSujet: fiche de pub    Mar 20 Déc - 1:17

Big Bang
Se s'ra dentesque, carnavalesque et titanesque !



- James a encore peur du croque-mitaine.
- Quand va-t-il arrêter avec ça, tu lui as bien dit, pour la centième fois, que ça n'existe pas, le croque-mitaine?
- Tu sais bien que c'est encore un enfant.
- J'aimerais qu'il grandisse, un peu.
Mais James ne veut pas grandir. Dans son lit quand tombe la nuit, il pense au croque-mitaine et aux monstres cachés dans l'armoire des jeux de société et des livres imagés, il se recroqueville tout au fond, en remontant ses pieds contre lui pour éviter de se les faire mordiller par le loup-garou, et il sent son cœur battre plus fort. Crac. Il y a quelque chose dans l'armoire qui attend que ses yeux se soient fermés pour sortir. James a peur, et James adore ça. Plus tard, quand la maison sera entièrement infestée de créatures aux yeux rouges et aux dents dégoulinant de sang, James bondira hors de son lit et se précipitera dans la chambre de ses parents, demandera à sa mère de venir chasser les monstres. Maman fera semblant de faire peur au croque-mitaine, mais James s'amusera. Il sait bien que le croque-mitaine n'a pas peur de maman, qu'il fait semblant d'être parti pour mieux revenir demain soir. En attendant, James peut s'endormir tranquillement.
- Laisse-moi passer.
- Pas question, il dort.
- Raison de plus, je veux juste jeter un coup d'œil à la chambre.
Les mains blanches aux veines bleues saillantes se glissent par dessous la fenêtre laissée entrouverte pour laisser filer le vent rafraichissant des nuits d'étés. Deux yeux ronds comme deux billes transparentes observent la grande armoire où jamais personne ne s'est caché, le tapis aux motifs d'avions gris, le lit de bois dans lequel se dessine une petite forme sous des draps légers. Les yeux transparents savent qu'ils pourraient rester là des heures durant, écoutant la respiration profonde et lisse du tas qui soulève les couvertures, le silence apaisant de la pièce où rien n'est vivant si ce n'est l'enfant. Qu'est-ce qu'un enfant? Un être encore pur, originel, naturel, que les adultes n'ont pas encore perverti, assommé de normalité. L'enfant, le seul qui croit encore à ce qu'il n'a jamais vu. Le cœur noir soupire.
- Pousse-toi, allez pousse-toi. On va s'amuser.
- Non, ne le réveillez pas, qu'est-ce que vous faites, non, non!
Cœur noir est poussé avec force sur le côté, tandis que l'être aux centaines de cicatrices purulentes fait pousser ses ongles et ses canines avec un sourire pervers, les yeux rivés sur l'enfant qui dort. Il donne un coup de pied sec dans la mâchoire de cœur noir qui tombe en arrière, et ses longs doigts noirs d'encre soulèvent entièrement la fenêtre dans un silence étrange. Son corps velu passe par l'ouverture et glisse comme un serpent contre le sol, se tortille jusqu'au petit lit et se dresse de toute sa hauteur au-dessus de la tête brune. Son corps projette sur le mur une ombre gigantesque aux poils hirsutes, aux dents de travers, et il saute d'un coup sec sur le matelas en poussant un rire grinçant, toutes gencives rougeâtres dehors. L'enfant ouvre de grands yeux terrifiés, pousse un cri muet et rabat sur son visage la couverture, tremblant comme une feuille. Le monstre caquette et trampoline sur le matelas, quand l'enfant se met à hurler maman. Les yeux injectés de sang de la créature s'écarquillent tandis qu'il bondit par la fenêtre et s'efface du tableau. Ombre éphémère comme seuls le sont les rêves et les cauchemars. Déjà, la voix de maman retentit depuis sa chambre, au bout du couloir.
- James, ça suffit maintenant! Il n'y a aucun monstre dans cette maison, ni même sur cette planète, alors tu dors et tu cesses de faire le bébé, immédiatement!
Les monstres n'existent pas dans les yeux de ceux qui refusent de voir ce qui ne s'est jamais vu. Les gens normaux ne croient pas aux créatures que la nuit pousse à sortir des entrailles de la terre. Enfants, rêveurs, bizarres, anormaux, fous, angoissés, paranoïaques, il se peut que vous n'ayez pas tout à fait tort. Quand le soir tombe et que les étoiles entament leur veillée autour d'un café noir d'encre, observez les endroits où jamais vos yeux ne regardent d'habitude. Observez les bouches d'égouts, le haut des arbres, le fond du siphon de la douche, la tuyauterie de la cave, les fenêtres des immeubles désaffectés, les niches désertes où aucun chien ne dort, les rebords des fenêtres laissées ouvertes. Posez les yeux là où l'inconnu peureux se terre, et essayez d'y croire, ou ils vont y obligeront eux-mêmes.

Attention ce texte n'est pas le contexte de big bang mais un texte d'accroche réalisé par Oarystis pour marquer l'ouverture de big bang




Code:
<center><div style="font-family: courier new; font-size: 28px; color:#dba44c"> Big Bang</div>[font=Courier New][i][size=18]❝[/size] Se s'ra dentesque, carnavalesque et titanesque ! [size=18]❞[/size][/i][/font]
[img]http://26.media.tumblr.com/tumblr_lxhssjRQgw1r5sz93o1_500.gif[/img]
<object width="500" height="15"><param name="movie" value="http://www.youtube-nocookie.com/v/7QIL2NqhCVc?version=3&hl=fr_FR"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="http://www.youtube-nocookie.com/v/7QIL2NqhCVc?version=3&hl=fr_FR" type="application/x-shockwave-flash" width="500" height="15" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true"></embed></object></center>

<blockquote><blockquote>[font=Times New Roman]- James a encore peur du croque-mitaine.
- Quand va-t-il arrêter avec ça, tu lui as bien dit, pour la centième fois, que ça n'existe pas, le croque-mitaine?
- Tu sais bien que c'est encore un enfant.
- J'aimerais qu'il grandisse, un peu.[/font] </blockquote></blockquote>
<blockquote>Mais James ne veut pas grandir. Dans son lit quand tombe la nuit, il pense au croque-mitaine et aux monstres cachés dans l'armoire des jeux de société et des livres imagés, il se recroqueville tout au fond, en remontant ses pieds contre lui pour éviter de se les faire mordiller par le loup-garou, et il sent son cœur battre plus fort. Crac. Il y a quelque chose dans l'armoire qui attend que ses yeux se soient fermés pour sortir. James a peur, et James adore ça. Plus tard, quand la maison sera entièrement infestée de créatures aux yeux rouges et aux dents dégoulinant de sang, James bondira hors de son lit et se précipitera dans la chambre de ses parents, demandera à sa mère de venir chasser les monstres. Maman fera semblant de faire peur au croque-mitaine, mais James s'amusera. Il sait bien que le croque-mitaine n'a pas peur de maman, qu'il fait semblant d'être parti pour mieux revenir demain soir. En attendant, James peut s'endormir tranquillement.</blockquote>
<blockquote><blockquote>[font=Times New Roman]- Laisse-moi passer.
- Pas question, il dort.
- Raison de plus, je veux juste jeter un coup d'œil à la chambre. [/font]  </blockquote></blockquote>
<blockquote>Les mains blanches aux veines bleues saillantes se glissent par dessous la fenêtre laissée entrouverte pour laisser filer le vent rafraichissant des nuits d'étés. Deux yeux ronds comme deux billes transparentes observent la grande armoire où jamais personne ne s'est caché, le tapis aux motifs d'avions gris, le lit de bois dans lequel se dessine une petite forme sous des draps légers. Les yeux transparents savent qu'ils pourraient rester là des heures durant, écoutant la respiration profonde et lisse du tas qui soulève les couvertures, le silence apaisant de la pièce où rien n'est vivant si ce n'est l'enfant. Qu'est-ce qu'un enfant? Un être encore pur, originel, naturel, que les adultes n'ont pas encore perverti, assommé de normalité. L'enfant, le seul qui croit encore à ce qu'il n'a jamais vu. Le cœur noir soupire. </blockquote>
<blockquote><blockquote>[font=Times New Roman]- Pousse-toi, allez pousse-toi. On va s'amuser.
- Non, ne le réveillez pas, qu'est-ce que vous faites, non, non![/font]</blockquote></blockquote>
<blockquote>Cœur noir est poussé avec force sur le côté, tandis que l'être aux centaines de cicatrices purulentes fait pousser ses ongles et ses canines avec un sourire pervers, les yeux rivés sur l'enfant qui dort. Il donne un coup de pied sec dans la mâchoire de cœur noir qui tombe en arrière, et ses longs doigts noirs d'encre soulèvent entièrement la fenêtre dans un silence étrange. Son corps velu passe par l'ouverture et glisse comme un serpent contre le sol, se tortille jusqu'au petit lit et se dresse de toute sa hauteur au-dessus de la tête brune. Son corps projette sur le mur une ombre gigantesque aux poils hirsutes, aux dents de travers, et il saute d'un coup sec sur le matelas en poussant un rire grinçant, toutes gencives rougeâtres dehors. L'enfant ouvre de grands yeux terrifiés, pousse un cri muet et rabat sur son visage la couverture, tremblant comme une feuille. Le monstre caquette et trampoline sur le matelas, quand l'enfant se met à hurler maman. Les yeux injectés de sang de la créature s'écarquillent tandis qu'il bondit par la fenêtre et s'efface du tableau. Ombre éphémère comme seuls le sont les rêves et les cauchemars. Déjà, la voix de maman retentit depuis sa chambre, au bout du couloir. </blockquote>
<blockquote><blockquote>-[font=Times New Roman] James, ça suffit maintenant! Il n'y a aucun monstre dans cette maison, ni même sur cette planète, alors tu dors et tu cesses de faire le bébé, immédiatement![/font] </blockquote></blockquote>
<blockquote>[i]Les monstres n'existent pas dans les yeux de ceux qui refusent de voir ce qui ne s'est jamais vu. Les gens normaux ne croient pas aux créatures que la nuit pousse à sortir des entrailles de la terre. Enfants, rêveurs, bizarres, anormaux, fous, angoissés, paranoïaques, il se peut que vous n'ayez pas tout à fait tort. Quand le soir tombe et que les étoiles entament leur veillée autour d'un café noir d'encre, observez les endroits où jamais vos yeux ne regardent d'habitude. Observez les bouches d'égouts, le haut des arbres, le fond du siphon de la douche, la tuyauterie de la cave, les fenêtres des immeubles désaffectés, les niches désertes où aucun chien ne dort, les rebords des fenêtres laissées ouvertes. Posez les yeux là où l'inconnu peureux se terre, et essayez d'y croire, ou ils vont y obligeront eux-mêmes. [/i]</blockquote>

[b]<blockquote><blockquote>Attention ce texte n'est pas le contexte de big bang mais un texte d'accroche réalisé par Oarystis pour marquer l'ouverture de big bang</blockquote></blockquote>[/b]

[center][url=http://oogie-boogie-road.forumgratuit.org/t10-contexte]CONTEXTE[/url] ∆ [url=http://oogie-boogie-road.forumgratuit.org/t12-groupes]GROUPES[/url] ∆ [url=http://oogie-boogie-road.forumgratuit.org/f9-reves-improbables]POSTES-VACANTS[/url] ∆ [url=http://oogie-boogie-road.forumgratuit.org/f10-scenarios-de-membres]SCÉNARIOS[/url] ∆ [url=http://oogie-boogie-road.forumgratuit.org/f11-savoir-faire-bouh]FICHES[/url] ∆ [url=http://oogie-boogie-road.forumgratuit.org/f6-invites]INVITÉS[/url]

http://oogie-boogie-road.forumgratuit.org/
http://oogie-boogie-road.forumgratuit.org/[/center]
Revenir en haut Aller en bas
 

fiche de pub

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fiche Technique de Minami
» Fiche Technique de Diego

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Big Bang :: REZ DE CHAUSSÉ :: Ce sera l'enfer :: partenariat-