AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIG BANG S'EST REFAIT UNE BEAUTÉ Very Happy ! N'OUBLIEZ PAS D'ALLER VOUS RECENSER Wink

Partagez | 
 

 Moeurs des headcases moles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Lock Shock and Barrel

Oogie Boogie nous surveille, faut pas qu'il rouspète.


MessageSujet: Moeurs des headcases moles    Ven 14 Oct - 23:13


LEUR MODE DE VIE
Ça change de l'ordinaire dis donc...


Les taupes sont loin d'être aussi mauvaises qu'on pourrait le penser. Disons qu'elles ont une mentalité... différente et plutôt décalée de celle bien ordonnée des humains : à la fois fun et glauques, elles ont le privilège de ne pas toujours être très clean, vite accro aux mauvaises forces ou toxicos (huum, racines de nocturnaline!), ni de suivre les règles de vie en communauté; bref elles sont particulièrement malsaines mais pas toutes méchantes puisque la majorité de leur temps est consacré à s'amuser. Bien sûr, certains headcases moles sont des tueurs en puissance, ne nous voilons pas la face; mais les autres, pour la grande majorité, sont juste le cauchemar des parents, vis-à-vis du type de (très très) mauvaises relations qu'entretiennent leurs enfants.

Sachez que les headcases moles ont des pères et mères comme les humains, et qu'ils viennent au monde lors d'un accouchement tout ce qu'il y a de plus classique. Enfin, presque... Les taupes enceintes aiment généralement enfanter dans des flaques de boues, sur des tas d'ordures moelleuses ou encore dans l'une de nombreuses fontaines de liqueur de boue qui agrémentent la ville. En outre sachez que Skellington est la seule ville qui appartiennent véritablement aux taupes, qui les réunissent. Quelques, très rares, taupes solitaires peuvent également vivre dans les égouts ou les métros de grandes villes comme New-York ou Paris. Mais ce mode de vie reste réellement anecdotique.

Les headcases moles n'ont pas la même logique que les humains principalement car ils n'ont pas le même rythme de vie qu'eux : vivre dans une ville industrielle en plein essort comme Skillington leur semble aberrant. Ainsi, ils ne comprennent pas le besoin d'hygiène aseptisée, ou encore cet étrange besoin d'être constamment sérieux de ces derniers. Franchement, quel intérêt ? C'est tellement plus amusant de faire peur aux humains en leur jouant des tours : aller poser des pièges à araignée dans la colline aux hurlements en espérant que des enfants trop sages s'y fassent prendre, expérimenter les nouveaux cocktails explosifs sur Grand'ma Land, faire des farces de plus ou moins mauvais goût, etc.

Aucune norme ou étiquette n'est effective dans la sexualité des taupes. Il n'y a donc pas d'hétéros, gays, bi ou même de transsexuelle. Ils y a ceux qui ont une vie active et les enfants encore inactif en tant que tel sur ce plan. Bien évidemment les limites, à la décence ou à la moral par exemple, n'ont absolument aucune valeur pour eux. Tout le monde fait ce qu'il lui plait, avec qui il lui plait, comme il lui plait. Et si ce n'est les scènes de jalousies, personnes n'y trouve rien à redire.

Ils n'utilisent pas l'électricité mais les racines de nocturnaline. Cette plante, d'une teinte verdâtre peu ragoutante, fournit grâce à ses larges racines une huile très inflammable. Les headcases moles se servent donc de cette huile pour faire fonctionner lampes, réverbères, fours et bien sûr leur système de ballon d'eau chaude. Notons que les racines de nocturnaline, étant un dérivé d'opiacé, sont régulièrement consommées comme médicament et drogue. On peut ainsi simplement les mâcher tels des bâtons de réglisse ou encore faire sécher puis réduire en une poudre verte bleutée les racines de cette plante.

La police à Skellington est un mot aussi incongru qu'inconnu. Les principes de bien et de mal étant vidés de tout sens pour les taupes, on ne peut en aucun cas parler de méfaits, de vols, ou encore d'agressions. Pas en termes d'idées répréhensibles en tout cas.

L'éducation est également un de ces principes quasiment universels pour les humains, que les habitants de Skellington n'ont eux jamais partagé. En effet si les jeunes enfants jusqu'à l'âge de la parole claire et de la marche assurée sont surveillés par des nurses, plus ou moins attentives d'ailleurs, passé ce cap les jeunes sont livrés au bon vouloir de leur famille, et d'eux même. Beaucoup d'entre eux apprennent avec leurs ainés à maitriser leurs différents pouvoirs comme la création de poupées ou l'art du dialogue avec les animaux nocturnes. On leur enseigne également, d'une façon pratique et la plus rapide possible, la fabrication d'huile de nocturnaline et la récolte de racines. Le reste du temps la marmaille traine les rues en organisant divers coups pendables et farces tout à fait délicieuses.

La ville possède une alarme qui sert à annoncer les grandes fêtes, la disparition (chose peu rare ces derniers temps) d'un habitant, un mariage ou encore un décès. Pour cela la taupe chargée de l'alarme fait raisonner différentes valeurs de miaulement de chat, allant de l'animal à qui on aurait marché sur la queue au feulement agressif. Le mécanisme est présenté sous la forme d'un matou de métal aux poils hérissés dont il suffit de faire tourner la queue pour que résonne l'irritante musique.

Dans le même registre, toutes les sonnettes s'actionnent en tirant sur une main, un bras ou encore une araignée de fer dodelinant au bout d'une chaine. Vous entendrez ensuite un hurlement, différent selon les goûts de chacun.

La ville toute construite de pierres et d'acier est ornée de nombreuses gargouilles en buste ou en pieds. On trouve également beaucoup de fontaines, la liqueur de boue y étant plus fréquente que l'eau d'ailleurs.

Souvent des groupes de taupes bien alcoolisés ou simplement roublards aiment aller faire peur aux enfants humains en pleine nuit. Pour cela il leur faut déjà déjouer la surveillance de l'headcase mole installé dans les toilettes publiques, et ainsi accéder à Skillington. Certains passeront par d'autres souterrains, mais le voyage est du coup plus long et leur feignardise limite très largement cette option. Une fois qu'ils sont en ville, le petit groupe déniche une fenêtre ou une porte facile à crocheter puis se glisse dans l'habitation. Ils peuvent aussi bien choisir de jouer aux monstres sous le lit, que de vandaliser les lieux avec graffitis et dégradation de biens à la clef. Les fêtes nocturnes entre adolescents font aussi partie de leurs lieux de farce favoris. Alors on vous l'aura bien dit, méfiez vous et fermez bien les verrous.

Sous terre la météo diffère pas mal de sur terre. Pour commencer oubliez la neige, le soleil brûlant ou encore les orages. Tout ce qui fait varier ici le temps habituellement gris est le taux d'humidité, lié aux intempéries du dessus et qui agrandit ou rétrécit les flaques de boue, ainsi que les brouillards déclenchés par les taupes elles-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
 

Moeurs des headcases moles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Attentat aux moeurs [Marine, Wynn, Elizabeth, Comte] [14/02/42]
» Le mensonge adoucit les moeurs [pv Lysandre]
» [FB 1617] La musique adoucit les moeurs, dit-on. {Sören}
» [FB 1625] La musique adoucit les moeurs... il parait.
» La musique adoucit les moeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Big Bang :: REZ DE CHAUSSÉ :: Musée des horreurs :: Annexes-